Le syndrome prémenstruel : en savoir plus


Environ 75% des femmes sont touchées par le syndrome prémenstruel. Une proportion ENORME pour des symptômes variés parfois très invalidants. Aujourd’hui on va parler règles, sang, nausées et boutons (entre autre). Si ça vous intéresse, bienvenue ! Sinon, tant pis pour vous 🙂 !

Le syndrome prémenstruel, qu’est-ce-que c’est ?

Le syndrome prémenstruel, SPM ou PMS, est un ensemble de symptôme ressenti par la femme à l’approche de ses règles. Parfois cela arrive la veille, parfois cela arrive à partir de l’ovulation (moitié de cycle, environ 14 jours). L’intensité des symptômes varient également d’une femme à l’autre. Il y a deux types de symptômes.

Les symptômes physiques :

  • Mal de ventre
  • Maux de tête
  • Nausées
  • gonflement du ventre
  • Boutons, notamment sur le visage
  • Diarrhées
  • Seins douloureux
  • Rétention d’eau

Les symptômes psychologiques :

  • Sensibilité exacerbée
  • Fatigue
  • Déprime
  • Larmes faciles
  • Irritabilité

 

Pourquoi tant de symptômes ?

Les hormones sont des ouvrières polyvalentes. Elles ne font pas que provoquer l’ovulation et les règles. Certaines hormones vous permettent de bien dormir, d’autres provoquent une sensation de plaisir ou gèrent votre envie de faire pipi (par exemple) !

Si dérèglement ou bouleversement il y a, il peut donc avoir des symptômes très variés !

Comment y remédier ?

Il n’y a pas de remède miracle pour soigner le syndrome prémenstruel. Ni en médecine allopathique, ni en naturopathie. Il y a par contre pas mal de choses à faire pour améliorer votre quotidien à l’apparition des symptômes.

Votre régime alimentaire

Le café, thé, sel, alcool, tabac et gluten ont tendance à aggraver les symptômes. En revanche, consommer de bons gras (huiles végétales, avocats, noix et graines…), des légumes, de la patate douce, du chocolat noir est conseillé !

Prenez soin de vous

Gardez votre ventre au chaud, utilise une bouillotte (ou une bouteille en verre remplie d’eau chaude glissée dans une serviette), faites-vous couler un bain, relaxer vous et faites du yoga. Certaines postures de yoga sont idéales pour relâcher les tensions de l’utérus. Et surtout, reposez-vous au maximum. La méditation peut aussi aider si vous sentez vos émotions vous submerger !

Les plantes aussi peuvent vous soutenir lors de vos règles !

Certaines infusions (aubépine, sauge, camomille, feuille de framboisier…) sont toutes indiquées en cette période. Renseignez-vous pour trouver celle qui vous correspond. Vous pouvez utiliser aussi les huiles essentielles ! La menthe poivrée est super si vous souffrez de maux de tête ou de nausées. Pour les maux de ventre (crampes utérines), l’huile essentielle de basilic est toute indiquée. Diluez 1 goutte d’HE dans un peu d’huile végétale et massez-vous par mouvement circulaire et doux pour bien faire pénétrer l’huile. Vous pouvez répéter le massage 2 à 3 fois par jour.

Pourquoi être patient avec soi-même (et les autres) !

Le fameux « Nan mais t’as tes règles ou quoi ? » qui survient comme un poil pubien sur la soupe, vous l’avez déjà entendu ? Cette remarque a un don pour me transformer en Hulk en moins d’une seconde. Déjà, si on est énervé, ce n’est pas forcément parce qu’on a nos règles. C’est peut-être simplement parce que vous êtes agaçant. Et si c’était effectivement EN PARTIE pour cette raison, un peu d’indulgence n’a jamais tué personne. Rappelez-vous qu’on ne contrôle pas nos hormones, c’est le contraire et taisez-vous un peu 🙄 .

Et plus sérieusement, un peu de soutien (chocolat, bouillotte, chouette film, mot doux, patience…) dans ce moment parfois difficile est toujours apprécié. Merci d’avance <3 !

 

 

 

 

—-

Post Author: Laura

Naturopathe à Lyon. Alimentation saine, soins naturels, soigneuse d'hormones... J'aime la nature, les chiens, et manger (mais pas des chiens).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laura