Crème solaire et vitamine D

Partagez !

Vous aimez vous exposez au soleil ou cherchez l’ensoleillement pour faire le plein de vitamine D ? Malgré tout, vous préférez protéger votre peau du soleil ? Mais la crème solaire empêche-t-elle, la formation de vitamine D par la peau ?

Oui et non.

Le métabolisme de la vitamine D

La peau métabolise le cholécalciférol (D3) sous forme inactive, grâce à un dérivé du cholestérol (les acides gras sont importants !), sous l’action des rayons UV-B. Cette production est envoyée à travers la circulation sanguine grâce à une protéine (le DBP), vers le foie. Le foie puis les reins se chargeront de transformer cette forme inactive de la vitamine D en vitamine D active et utilisable par l’organisme (l’importance d’un foie en bonne santé).

La crème solaire réduit-elle la production de la vitamine D ?

On y revient !

Il semblerait qu‘il y ait une incidence, mais les études ne sont pas toutes d’accord. Sans consensus, il paraîtrait toutefois que les hauts SPF aient un impact modéré sur la production de vitamine D, sans l’empêcher totalement.

Il faut noter aussi que les études ne sont pas toutes effectuées dans les mêmes conditions : âge des sujets, sexe, SPF de la crème utilisée, latitude, durée de l’exposition, zone d’application…

Dans la vie, c’est pareil. Nous ne sommes pas tous égaux quant à la production de vitamine D. Nous n’appliquons également pas tous de la crème solaire partout, nous n’avons pas tous la même peau (les peaux plus foncées peuvent produire moins de vitamine D)… 

Assurer son taux de vitamine D

Essentielle pour la solidité du squelette, l’équilibre hormonal, la santé psychologique, elle aurait d’autres actions sur : la ménopause, le diabète, la sclérose en plaque, les dommages de l’ADN…

Trouve-t-on de la vitamine D dans notre alimentation ?

Assez peu, il ne faut pas compter sur l’alimentation comme source principale de vitamine D. Certains poissons et dérivés (huile de foie de morue, foie de morue, saumon, flétan, anchois…) en contiennent toutefois. C’est aussi le cas du beurre et de l’œuf, en très petite quantité.

Comment se protéger tout en favorisant la création de vitamine D

Lorsque vous prévoyez une longue exposition au soleil, n’hésitez pas à emporter votre crème solaire avec vous. Profitez de quelques minutes d’ensoleillement avant d’appliquer votre protection solaire.

Toujours en fonction de l’exposition, il reste souvent des zones où l’on a mis pas ou peu de crème. Vous pouvez à ce titre choisir de protéger en priorité les zones les plus sensibles aux coups de soleil : visage, épaules…

À savoir qu’en cas de temps nuageux, il peut être nécessaire de protéger sa peau : la couverture nuageuse ne filtre qu’une partie des UV.

Si l’exposition est douce (le matin avant 11h, l’après-midi après 16h, automne, hiver hors altitude…), il n’est pas toujours nécessaire de porter une protection solaire. Vous pouvez par ailleurs diminuer le SPF utilisé en fonction des conditions d’exposition.

Il suffit d’environ 15 minutes d’exposition pour mettre en marche la fabrication de la vitamine D. A raison de 2 à 3 expositions courtes (15 à 30 minutes) par semaine, une personne en bonne santé peut normalement passer l’hiver sans carence. Encore faut-il laisser à nu le visage et au minimum les avant-bras et (semblerait-il) sans lunettes de soleil… et pouvoir voir le soleil.

Au contraire, lorsque l‘exposition est intense, adaptez votre protection (crème solaire, casquette, lunettes…) et ne prenez pas de risque.

Notez que s’il existe un surdosage possible et dangereux avec les compléments en vitamine D, il n’existe pas de tel risque avec l’exposition solaire.

Sources

 

 

Laisser un commentaire